LA LEGENDE


Les faits remonteraient à bien longtemps, à l’époque où l’armée de Charles Martel , dans les plaines de Poitiers, livrait bataille à celle d’Abdérame.

Nous sommes en l’an 732, l’armée de Charles Martel taille en pièces celle d’Abdéram. Quand ils se voient défaits, les Sarrazins s’échappent dans toutes les directions. Ce fut un sauf-qui-peut général. Par les chemins creux, les bois, certains échouent à SAINT-SAUVEUR. l’Eglise de ce petit village du bocage , représentant un suprême abri, ils s’y précipitent et s’y fortifient. Les murs sont solides, leur position leur semble donc facile à défendre. Aussi, d’un coeur léger, attendent-ils la suite.

Celle-ci ne se fait pas attendre. Les habitants du lieu , dès qu’ils voient leur église envahie
accourent , les uns armés de fourches, les autres de pioches .

Les Sarrazins comprennent que leurs espoirs seront rapidement déçus et qu’ils vont perdre la
bataille. Alors comme ils sont malins, ils imaginent une ruse. Dans leur fuite, ils ont remarqué que
les arbres se couvrent de feuilles , que des pâquerettes apparaissent par gros bouquets dans les
prairies. On est au mois de MAI et le printemps est là. Ils promettent de se rendre , mais à une
condition.

Quelle est cette condition ? demandent les habitants de SAINT-SAUVEUR.
Nous nous rendrons demain s’il y a du givre .

La nuit se passe sans combat. Et quand l’aube se lève ... il a gelé si fort que le givre recouvre la
terre. Les chênes, les ormes, les frênes, les pommiers fleuris , les haies d’aubépine portent de longs pendants de givre

Sur leur propre défi, les Sarrazins sont vaincus et ,fidèles à leur promesse, ils se rendent.

Généreux , les habitants de SAINT-SAUVEUR leur laissent la liberté d’aller où bon leur semble ,
pourvu que ce ne soit pas chez eux, à SAINT-SAUVEUR , qui désormais porte le surnom de “GIVRE EN MAI “

D’après Contes et légendes du Poitou.