Lac Titicaca
Francis MASSIAS




Sur facebook



Accueil Pérou

Accueil site

Bas de page

Contact







Découverte du lac Titicaca par la presqu'île de Capachita . Randonnée jusqu'au mirador inca karus puis sur les crêtes entre les murs de pierre sèches à une altitude sensiblement supérieure à 4000m.








Tout au bout de Capachita face à l'île de Taquilé. Tout au dond on distingue les cimes de la Cordillère .



Face à l'île Amantani près de la communauté des Paramis.



Nuitées dans une communauté Quechua





Nos "hôtesses d'accueil" sont parées de magnifiques coiffes.




Les deux "ninos" de la  famille qui nous a hébergé.





Cantata, la fleur du Pérou





La lumière baisse ; les moutons rentrent



Après une navigation d'une heure, nous accostons sur la côte nord-ouest de l’île d’Amantani où il n’y a ni route ni véhicule ; tous les déplacements se font à pied et l’un des charmes est le silence. Semblable à un gros caillou bosselé, Amantani est sauvage et relativement peu fréquentée. Dans les huit villages disséminés sur les pourtours de l’île, la population quechua se consacre à l’agriculture (fève, quinoa, pommes de terre, orge, millet…), à l’élevage (chèvres, moutons et lamas).  Belle randonnée, traversant l’île par un large chemin pavé et restauré avec soin. Nous marquons un arrêt au sommet de l’île pour découvrir les ruines d’un site pré-inca datant de l’époque Tiwanaku.



La récolte de ces délicieuses petites patates.













Dans le principal village de l'île face à la presqu'île de Capachita.



La place centrale devant l'école.



L’après-midi, nous avons retrouvé le bateau qui nous conduit vers les îles flottantes des Uros. Pour se protéger des raids armés des Colla ou des Incas, les indiens Uros s’étaient installés sur des îles flottantes en totora (roseaux légers) construits au milieu de la baie de Puno. Accueillis chaleureusement par Christine et Victor, nous avons passé la nuit sur leur île. A l’occasion d’une balade en barque, Victor nous a expliqué son mode de vie, entre récolte du totora et pêche artisanale.



L'entrée dans la roselière.



Victor mange du roseau après l'avoir épluché.








18H, la nuit tombe sur l'île. En mai il ne fait pas encore froid ( 0° à l'aube) bien que ce soit le début de la saison froide mais à cette altitude, à peine 4000,  en juillet et août le thermomètre peut descendre à -20°.



Belle lumière sur le lac une fois le crépuscule installé. Sur l'image ci-dessous, au fonf les lumières de la ville Puno.













L'arrivée en bateau sur Puno.

Haut de page